L’édito: « Un trésor à partager »

Le petit garçon avait 7 ans. Il était handicapé. Intimidé par la religieuse qui le préparait à sa communion, il ne cessait de bouger et ne savait que faire de ses mains. Puis elle lui posa la question fatidique: « Pourquoi veux-tu faire ta communion? ». Alors, il s’immobilisa subitement et, plantant son regard dans le sien, il répondit d’une traite: « Parce Jésus, c’est celui qui sauve ». Il avait tout compris! Il avait compris que communier au corps du Christ lui donnerait la vie.
Et nous? Au cours de la Consécration sommes-nous toujours attentifs à ces paroles qui nous disent que le corps du Christ est livré pour nous, et son sang versé pour nous? Sommes-nous toujours conscients que, lorsque nous communions, le Christ nous donne sa vie, qu’il fait à notre assemblée une grâce d’unité qui la relie au peuple de Dieu et envoie chacun de nous comme son messager chargé de communiquer sa vie au monde?
Cette mission fait de nous les héritiers des douze dans l’Évangile: ils ne perçoivent pas l’intention de Jésus mais leur foi en lui les pousse à lui obéir et grâce à leur confiance la pénurie devient abondance pour nourrir une foule entière.
Avec l’Eucharistie le Christ nous a fait cadeau d’un trésor, d’un trésor à partager.

Patrice Héliot, diacre