L’édito: « Gratuité »

I 17 09 17 3« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », tel est le commandement du Christ. Il met la barre singulièrement haut, puisque le Christ a été jusqu’à mourir par amour pour nous. Il n’est donc pas surprenant de le voir répondre à Pierre qu’il n’y a pas de limite au pardon. Difficile à entendre !

Nous souhaitons tous être pardonnés, mais accorder notre pardon s’avère plus difficile.  Nous y mettons des conditions et parfois nous allons jusqu’à le refuser. Notre cœur partagé réduit notre capacité à aimer.

Face à nous, il y a l’amour de Dieu : illimité, permanent et, surtout, gratuit. C’est cette gratuité qui nous arrête. Dans notre rapport avec autrui nous avons beaucoup de mal à entrer dans la gratuité de Dieu. La parabole de l’Évangile de ce Dimanche le montre avec force. Elle pose aussi une question redoutable : serions-nous pardonnés par Dieu à condition de pardonner nous-mêmes ? Si c’était le cas notre relation avec Dieu prendrait un caractère « donnant-donnant » qui n’est pas imaginable : la gratuité est la marque même de l’amour de Dieu. Alors ?

Dans l’Évangile, la dureté du serviteur face à son propre débiteur nous surprend. On sent que, chez lui, quelque chose a fait défaut. Il accueille la générosité du roi avec satisfaction, mais sans reconnaissance parce qu’il n’a pas ouvert son cœur, il ne s’est pas laissé toucher par la bonté du roi. Il reste donc prisonnier de son égoïsme. C’est là son châtiment.

Tous nous espérons le pardon de Dieu et la liberté qu’il nous redonne. Suivons-le sur son chemin pour entrer dans sa gratuité. Reconnaissons cependant que  nous avons besoin de son soutien. Demandons-le-lui. Confiance, il t’attend !

Patrice Héliot diacre

Bienvenue

petit saint lambert webPrésente depuis près de 700 ans à Vaugirard, la paroisse St Lambert est signe de l’amour de Dieu pour tous les habitants de ce quartier !  

Lire la suite ...

 
 
Paroisse Saint-Lambert de Vaugirard