L’édito: « Jésus met en œuvre le projet de salut du Père»

         St Luc est sans doute l’évangile qui souligne le plus l’attitude de Jésus à l’égard des pécheurs. Tout au long, St Luc souligne que les publicains et les pécheurs venaient à Jésus pour l’écouter ; à l’étonnement des scribes et des pharisiens. Pensons à l’appel du collecteur d’impôts, Lévi  (Lc 5/27-32) ; le repas chez un pharisien où une femme pécheresse vient baigner de ses larmes les pieds de Jésus et y verser un parfum (Lc 7/36-50) ; à Jéricho avant de monter vers sa passion à Jérusalem, l’appel du publicain Zachée (Lc 19/1-10)

            St Luc regroupe 3 paraboles pour souligner le sens de l’action de Jésus ; il révèle le comportement de Dieu : « il y a de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit. » Dieu, par la venue de son Fils dans le monde est à la recherche de tous, comme cette brebis perdue, comme cette pièce d’argent de la ménagère. Il va au devant de son fils perdu, « mort et revenu à la vie. » (Lc 15.24). Il sort pour inviter le fils aîné, obéissant, mais qui ne comprend pas la miséricorde de son père.

            St Luc montre que Jésus met en œuvre le projet de salut du Père, jusque sur la croix avec le « premier canonisé de l’histoire de l’Eglise », un larron : « aujourd’hui, tu seras avec moi dans paradis » (Lc 23.41).

Père Jacques Vallet