L’édito: “En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire!”

Samedi 1er mai                                    Chapelet de Fatima à 9h à l’église

Messe du jour à 10h45 – Messe anticipée du dimanche à 17h45

Dimanche 2 mai                                  Messes à 9h – 10h45 – 12h et 17h45

 

Conditions pour participer à la messe :

  • porter un masque obligatoirement pendant toute la célébration (il n’en sera pas fourni à l’entrée)
  • se désinfecter les mains en entrant (venir avec son gel)
  • respecter la distanciation entre les personnes ne vivant pas habituellement ensemble

Remarques :

  • La communion ne sera donnée que dans la main.
  • Il ne faudra pas rester regroupé à la fin de la messe sur le parvis et emporter sa feuille de chants avec soi.

 

Mise à jour :  23/04/2021 à 18h00

—————————————————————————————————————–

Editorial

 

Cette parole de Jésus de l’Evangile de ce dimanche n’est-elle pas en contradiction flagrante avec ce que la modernité nous enseigne ? N’est-ce pas une négation de la légitime autonomie de l’homme par rapport à Dieu ? L’homme doit-il vivre en permanence sous le regard tutélaire de Dieu ?

Il est un fait que nous chrétiens nous semblons avoir intégré une séparation stricte entre la foi et les œuvres. D’un côté, il y a notre relation à Dieu et de l’autre notre agir dans le monde. Nos œuvres nous ne les faisons pas sans nous conformer à la Loi de Dieu, mais lui-même reste étranger à cet agir et aux fruits de cette action. Les fruits d’une telle “modernité” interrogent. En ayant relégué Dieu dans le spirituel, notre monde se déshumanise fasciné par un progrès matériel, technique idolâtre.

Jésus ne s’est retiré du monde que pour y être encore plus présent. En nous sauvant il nous donne des forces neuves pour porter du fruit, pour déployer nos talents comme des êtres debout et non des esclaves, ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit. Mais le secret de cela c’est de rester des sarments sur la vigne, c’est de demeurer en Dieu pour que Dieu demeure en nous. Notre illusion c’est de penser porter du fruit par nous-même alors que c’est la sève qui vient de Dieu qui nous permet de faire du bien. C’est la charité de Dieu qui nous irrigue et qui seule peut porter de beaux fruits : en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Père Gilles de Raucourt